préparation sol jardin pour l'hiver

Préparer le sol de son potager pour l’hiver

En cette douce mi-novembre, alors que les journées raccourcissent et que le froid s’installe, je suis en plein dans ma période de préparation du sol pour l’hiver. La majorité des légumes ont cessé leur croissance et j’ai mis le jardin en pause pour l’hiver. Aujourd’hui, je vais vous parler de ce qui se cache sous toutes ces feuilles et comment vous pouvez enrichir votre sol pendant l’hiver.

Profiter d’avoir les rangées du potager vides pour préparer le sol

Permettez-moi de commencer par partager une petite déception : ces rangs de potager n’ont pas à être vides. Il y a une tonne de choses que je pourrais cultiver en hiver. Mais cette année, la vie a pris le dessus et mon jardin d’hiver n’a pas vu le jour. Cependant, j’ai décidé de transformer cette situation en opportunité. Ces lits vides sont le moment idéal pour enrichir le sol en vue de la prochaine saison. Et si vous avez également des rangées vides pendant l’hiver, c’est le moment idéal pour faire de même.

L’importance de la couverture végétale

La première technique que j’utilise est une pratique classique : la couverture végétale en automne. Dans les rangées, j’ai semé un mélange de pois, d’avoine et du trèfle. Pourquoi ces cultures ? Les pois et le trèfle, tous deux de la famille des légumineuses, ont la capacité de fixer l’azote de l’atmosphère, de le transférer à leurs racines et de le rendre disponible pour les autres plantes. Lorsque vous éliminez la couverture végétale, cet azote reste dans le sol et contribue à enrichir la réserve pour les cultures de l’année suivante. Quant à l’avoine, elle développe un système racinaire fibreux important qui, lorsqu’elle meurt et que ses racines restent dans le sol, apporte une grande quantité de matière organique. De plus, elles aident à aérer le sol en créant de petites poches d’oxygène lorsqu’elles se dégradent.

Ma technique d’écrasement de cette couverture végétale

J’ai développé une technique d’écrasement des plantes à l’aide d’un outil rudimentaire : un bon morceau de bois relié à deux extrémités par une corde que j’utilise comme poignée. J’applique une pression importante pour vraiment casser ces plantes à la base du sol. C’est une opération délicate qui consiste à écraser les plantes en petits pas pour créer une sorte de tapis dense à la surface du rang de mon potager. Une fois le tout bien écrasé, j’ajoute par-dessus une épaisse couche de feuilles d’arbres pour aider à éliminer la couverture végétale (qui va se décomposer du long de l’hiver). D’une pierre deux coups, ça m’évite d’aller les déposer à la déchetterie et en plus cela va protéger mes rangs du froid pendant l’hiver.

Le secret sous les feuilles : la vie du sol

En regardant la rangée ou le lit surélevé fini, complètement recouvert de feuilles mortes, vous vous demandez peut-être ce qui se passe sous toutes ces feuilles. La couverture végétale écrasée crée une petite poche d’air au-dessus du sol, puis les feuilles forment une autre couche isolante et, une fois que la neige tombe, elle ajoute une isolation supplémentaire. La combinant de ces trois couches permet au sol de rester assez chaud pour que les décomposeurs, les vers et les autres invertébrés continuent à décomposer toute cette matière organique que j’ai ajoutée sous forme de racines de couverture végétale.

Enrichir le sol des lits moins fertiles

J’ai également une autre section de mon jardin qui a besoin d’un traitement différent. Les deux lits à l’arrière ont un sol relativement pauvre, car ils n’ont pas reçu autant de compost ou de terre végétale que je l’aurais souhaité. Pour ces lits, j’ai adopté une technique différente pour augmenter rapidement la quantité de matière organique et la profondeur du sol. J’ai semé un mélange contenant également des graines de radis fourragers. Ces radis ont une excellente capacité à décompacter le sol et à y apporter une grande quantité de matière organique grâce à leurs énormes racines pivotantes.

Le paillage : une technique efficace

Après avoir fauché la couverture végétale avec un coupe-bordures, j’ai rassemblé tous les débris verts, je les ai mélangés à une grande pile de feuilles d’arbres, puis j’ai passé ma tondeuse sur ce tas pour obtenir un mélange de compost vert et brun. J’ai ensuite étalé ce mélange sur le lit, l’ai laissé s’installer et se tasser, puis j’ai écrasé la couverture végétale restante par-dessus, avant d’ajouter une dernière couche de feuilles mortes. Au printemps, je m’attends à ce que ce sol soit bien enrichi et prêt pour les nouvelles plantations.

La couverture du lit : une étape essentielle

Une dernière chose à noter : lorsqu’on ajoute les feuilles, il est crucial de les maintenir en place jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment tassées par la pluie ou la neige. J’utilise une bâche poreuse pour cela. Elle laisse passer la lumière, mais surtout, elle permet à la pluie et à la neige de s’infiltrer et de saturer le mélange de couverture végétale et de feuilles.

Pour conclure, même si vous ne pouvez pas maintenir un jardin d’hiver, l’hiver peut être une période extrêmement productive pour votre sol. Avec un peu de temps et d’efforts, vous pouvez enrichir votre sol et le préparer pour une récolte luxuriante l’année prochaine. Alors, profitez de vos lits vides et commencez à composter !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *